:: suivant >>
éditer :: []->

L’étrange nidification du coucou gris
La femelle coucou gris à une manière bien singulière de pondre. Cette espèce fait ce qu’on appelle du parasitisme de couvée. En effet, elle a la particularité de ne pas faire son nid elle même, mais de s’octroyer celui d’une autre.

Elle va repérer un nid dans lequel des œufs ont déjà été pondus, et attend que la femelle de ce nid parte chercher à manger.
Elle va ensuite voler jusqu’à ce nid et pondre son œuf, après en avoir gobé un ; les oiseaux sachant combien d’œufs ils pondent, la mère pourrait abandonner sa couvée si elle s’apercevait qu’elle couve un œuf de trop. Ainsi, la mère abusée couve à la place de la femelle coucou et nourrit le petit coucou après éclosion.
La naissance du jeune coucou gris
Le jeune coucou gris sort de son œuf souvent un ou deux jours avant ceux avec qui il partage le nid. D’instinct, et bien qu’il naisse aveugle, il profitera de l’absence de sa mère adoptive, qui le prendra pour l’un de ses petits, pour jeter les autres œufs hors du nid, à l’aide de son dos creux, en forme de cuillère. En réalisant ce méfait, le coucou gris aura toute la nourriture nécessaire pour grandir, ses potentiels "frères et sœurs adoptifs" n’étant plus là pour partager les repas avec lui.
De plus, ce jeune oiseau parasite possède un gosier rouge orangé qui déclenche une pulsion irrépressible de becquée. Cette couleur sur son gosier est si attrayante que des oiseaux allant nourrir leurs petits dans d’autres nids qui passent par là, sont attirés par ce stimulus et viennent nourrir ce jeune coucou gris. À trois semaines, les coucous gris font jusqu’à 30 fois leur taille à la naissance, et sont prêt à quitter le nid de leur mère adoptive. Ils restent cependant souvent jusqu’à ou semaines.

Les coucous gris parasitent entre 50 et 60 espèces de passériformes comme la rousserolle des marais ou les bergeronnettes, mais malgré ce que l’on pourrait penser, ces oiseaux parasites ne dépeuplent jamais une espèce d’un lieu, le nombre ne nids n’étant généralement pas suffisants, la femelle coucou gris va souvent migrer pour trouver un nouveau nid dans lequel pondre.
De plus il est rare de voir les jeunes coucous gris survivre jusqu’à l’âge adulte. Ces derniers étant strictement carnivore, il arrive que la mère biologique le ponde dans un nid d’une espèce granivore, ce qui entraînera la mort du poussin par manque de protéines animales.
Certains oiseaux sont également insensibles au stimulus des couleurs de sa gorge, comme les linottes, qui ont besoin que leurs petits leur pincent le bec pour déclencher le nourrissage. Le poussin coucou gris meurt donc de faim dans ce cas également.
Enfin, il arrive que le jeune coucou gris naisse dans le nid d’une espèce trop petite, celui-ci étant tellement vorace qu’il gêne trop sa mère adoptive en étant insistant pour avoir à manger, que cette dernière peut abandonner le nid.

Le Vignoble de l’Orpailleur, c’est une grande aventure qui a d’abord germé dans les rêves de Hervé Durand, qui a entraîné dans son rêve un autre passionné et fils de vigneron, Charles-Henri de Coussergues. https://ascoconfronto.com/miglior-bel-gris. Avec deux autres complices, Pierre Rodrigue et Frank Furtado, ils ont planté leurs racines en 198dans le magnifique terroir de Dunham, berceau de la viticulture du Québec.

A force de passion, les vignes ont grandi, les vins se sont développés, et ces quatre instigateurs de la Route des vins de Brôme-Missisquoi ont développé un des vins du Québec les plus connus et les plus appréciés. Venez à la rencontre du savoir-faire de ces vignerons. Venez voir où tout a commencé..